Hammer-ons et Pull-offs : définition, exercices/plans, conseils

Share Button

Cet article sera régulièrement complété de nouveaux exercices et applications pour Hammer-ons et Pull-offs.


Présentation de la technique

Définition :

Les Hammer-ons (littéralement « marteau » comme un coup de marteau sur la corde) et Pull-offs (littéralement « tiré de » comme un tiré de corde) comptent parmi les techniques qui nous facilitent le plus la vie à la guitare pour les solos et qui embellissent nos suites d’accords ou nos arpèges à la guitare rythmique. Cela consiste à jouer deux notes sur une même corde en ne donnant qu’un seul coup de médiator. Tout soliste doit absolument maîtriser cela, ainsi que toute personne cherchant à personnaliser ses suites d’accords en ajoutant et/ou en enlevant des notes rapidement dans le battement de sa rythmique ou dans un l’exécution d’un arpège, pour donner un petit plus fort agréable à la chose. Jouissifs, ces deux techniques sont abordables à tous les niveaux, sous réserve qu’il y ait un peu d’entraînement derrière.

Utilité :

Nous ne pourrions atteindre une vitesse optimale avec des phrases rapides si nous devions attaquer chaque note au médiator. Cela permet donc de fluidifier et de faciliter le jeu, que ce soit en solo, ou sur un arpège d’accord ( exemple sur l’intro/couplet de Californication des Red Hot Chili Peppers).

Comment faire :

Hammer-ons et Pull-offs sont les deux faces opposées d’une même pièce. Le même doigt servira de point d’appui pour les deux techniques.

  • Hammer-on : il faut jouer une note et laisser le doigt posé sur la touche, puis venir poser un autre doigt sur une touche plus aiguë de la même corde sans relever le doigt précédent pour faire résonner cette note. Autrement dit, il faut utiliser ses doigts comme des petits coups de marteau pour frapper les notes que l’on veut obtenir, avec donc l’aide de la résonance de la note précédemment jouée au médiator. Un coup de médiator : 2 notes
  • Pull-off : C’est l’opération inverse. On essaye cette fois d’atteindre la note plus grave située sur la même corde. On relève le doigt en « trainant » sur la corde de manière à la faire vibrer. Le doigt « accroche » la corde, car l’erreur à éviter est de seulement relever le doigt, sans « jouer » sur cette action. Il s’agit d’un tiré de corde, c’est votre pulpe qui en partant embarque la corde et la tir légèrement mais suffisamment pour que l’on entende la note précédente sonner.

Premiers conseils :

Soyez vif et appliquez le plus de force possible dans vos mouvements, du moins au début, tout en restant souple et précis. Le temps et l’entrainement aidant, la technique se fera naturellement, sans trop forcer et sans trop calculer son point d’arrivée. Faites vous confiance et ce sera rapidement  dans la poche pour maitriser ces deux techniques très fortement liées.


 

EXERCICE #1

Phase 1 : On apprend à jouer le hammer-ons, puis le pull-offs

Cet exercice vous permet une application de la technique des hammers-ons et des pull-offs sur une gamme mineure naturelle de La. Faites attention à la régularité dans vos attaques et soyez précis dans les sauts de cordes. Sur le tempo entre les notes jouées, veillez à ce qu’il soit identique. On jouera dans un premier temps seulement en hammer-on, puis dans un deuxième temps on remonte la gamme en jouant en pull-off.

Ici, il y aura un coup de médiator uniquement sur le 5. Nous viendrons taper le 7 avec le 3éme doigt, l’annulaire, et le 6 avec le 2éme doigt, le majeur.

Hammer-ons et Pull-offs

Ici, il y aura un coup de médiator uniquement sur le 6 (le 2éme), et sur le 7. Nous viendrons tirer la corde avec le doigt juste après le coup de médiator.

Hammer-ons et Pull-offs

Phase 2 : On s’entraine sur des répétitions de différentes vitesses

Vous le savez, je suis très sportif. J’ai donné des cours de Taekwondo pendant des années, et irrémédiablement cela a déteint sur ma méthode pédagogique d’enseignement de la musique. Et c’est positif, car ces 2 activités sont très proches dans leurs intentions. La musique, c’est comme le sport. Un plaisir et un dépassement de soi continuel. De fait, je vous propose un exercice calqué sur une méthode d’entrainement sportif sous forme de séries évolutives. 5 séries, 15 répétitions à chaque fois. Le bpm (battement par minute) changera pour passer d’un rythme très lent à un rythme très rapide. Veuillez vous efforcer de toujours respecter un tempo égal entre les notes jouées au médiator dans les 15 répétitions de chaque série, quelle que soit la vitesse. Cela vous donnera un cadre rythmique précis, c’est le meilleur conseil que j’ai à vous donner. Travaillez au métronome, ou alors en vous accompagnant le plus précisément possible en rythme avec le battement de votre pied (cela demandera beaucoup de concentration, car c’est difficile à mettre en place au début, mais vous prendrez vite le coup rassurez vous, c’est indispensable un guitariste « bat » le rythme avec ses jambes et ses pieds, vous le ferez naturellement par la suite).

Le but de l’exercice et de travailler sa dextérité et son adaptabilité à la technique en question. La question n’étant pas de jouer le plus vite possible tout le temps, mais d’être à l’aise dans tous les tempos. Être capable d’évoluer et de tenir, pour s’adapter ou pour influencer le jeu, en passant par différentes phases d’intensités, fera de vous un bon guitariste rythmique et soliste.

Bon courage, et ne lâchez rien ! Allé jusqu’au bout, vous aurez le sentiment d’avoir bien travailler.

Série 1 : 15 répétitions à tempo très lent

Série 2 : 15 répétitions à tempo lent

Série 3 : 15 répétitions à tempo moyen

Série 4 : 15 répétitions à tempo rapide

Série 5 : 15 répétitions à tempo très rapide

 


EXERCICE #2

Phase 1 : On apprend à jouer en hammer-ons, puis en pull-offs

Cet exercice vous permet une application de la technique des hammers-ons et des pull-offs sur une gamme mineure pentatonique de La. On commence par 2 pull-offs en remontant, restez souple mais ferme dans vos mouvements. Utilisez votre index et votre annulaire. Il y a l’ hammer-on de la case 7 à 9. Enfin, petit plus plutôt cool pour bien finir ce phrasé, on termine en slide en case 7. Comment faire : ne relâcher pas votre doigt quand vous jouez sur la case 9, que vous jouerez avec votre annulaire, ensuite jouez la case 8 avec le majeur, et on fait glisser l’annulaire de la case 10 en case 7 pour finir en beauté. Ce plan est idéal pour terminer un solo, essayez donc de l’inclure, dans la tonalité que vous voulez, vous n’aurez qu’a transposer.

hammer-ons

Phase 2 : On s’entraine sur des répétitions de différentes vitesses

Vous le savez, je suis très sportif. J’ai donné des cours de Taekwondo pendant des années, et irrémédiablement cela a déteint sur ma méthode pédagogique d’enseignement de la musique. Et c’est positif, car ces 2 activités sont très proches dans leurs intentions. La musique, c’est comme le sport. Un plaisir et un dépassement de soi continuel. De fait, je vous propose un exercice calqué sur une méthode d’entrainement sportif sous forme de séries évolutives. 5 séries, 15 répétitions à chaque fois. Le bpm (battement par minute) changera pour passer d’un rythme très lent à un rythme très rapide. Veuillez vous efforcer de toujours respecter un tempo égal entre les notes jouées au médiator dans les 15 répétitions de chaque série, quelle que soit la vitesse. Cela vous donnera un cadre rythmique précis, c’est le meilleur conseil que j’ai à vous donner. Travaillez au métronome, ou alors en vous accompagnant le plus précisément possible en rythme avec le battement de votre pied (cela demandera beaucoup de concentration, car c’est difficile à mettre en place au début, mais vous prendrez vite le coup rassurez vous, c’est indispensable un guitariste « bat » le rythme avec ses jambes et ses pieds, vous le ferez naturellement par la suite).

Le but de l’exercice et de travailler sa dextérité et son adaptabilité à la technique en question. La question n’étant pas de jouer le plus vite possible tout le temps, mais d’être à l’aise dans tous les tempos. Être capable d’évoluer et de tenir, pour s’adapter ou pour influencer le jeu, en passant par différentes phases d’intensités, fera de vous un bon guitariste rythmique et soliste.

Bon courage, et ne lâchez rien ! Allé jusqu’au bout, vous aurez le sentiment d’avoir bien travailler.

hammer-ons

Série 1 : 15 répétitions à tempo très lent

Série 2 : 15 répétitions à tempo lent

Série 3 : 15 répétitions à tempo moyen

Série 4 : 15 répétitions à tempo rapide

Série 5 : 15 répétitions à tempo très rapide

 



J’espère que cet article tout comme la vidéo vous aideront bien ! Car n’oubliez pas, mes cours sont aussi dispos en vidéos ! Je vous souhaite un très bon apprentissage.

Posez-moi toutes les questions que vous désirez et échangez entre vous dans l’espace commentaire en dessous ou dans l’espace commentaire sur YouTube, la communication c’est la clé en musique !

Je répondrai à tout le monde. Mais comme je n’ai pas, comme personne en ce bas monde d’ailleurs, la science infuse, si des camarades guitaristes ont des remarques à faire ou des choses à rajouter faite donc, c’est un plaisir d’échanger et c’est vraiment cool d’enrichir nos connaissances et nos savoir-faire entre zicos 🙂 Complétons-nous les potos !

N’hésitez pas à regarder mes autres articles et autres vidéos, à mettre un petit pouce bleu sur YouTube et à vous abonner !

Je ferais d’autres vidéos et articles, et vous pourrez piocher selon vos désirs.

Vous pouvez me suivre sur ma page Facebook, vous abonnez à mon profil, mon compte twitter, et instagram. Sur les réseaux sociaux, je donne plein d’infos et de news pour les futures vidéos et les futurs articles !

∞ Bossez bien, mais n’oubliez pas : en musique, l’imagination est plus importante que le savoir. Soyez forts, tchao ! ∞

∞ Romain CAMPOY

Une réflexion sur “Hammer-ons et Pull-offs : définition, exercices/plans, conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *